Rechercher

Comment tirer parti de la RFID même si tous vos produits ne sont pas étiquetés ?

En choisissant la RFID pour gérer leurs stocks, les retailers facilitent également de nombreuses opérations magasins. C'est le cas notamment de la gestion des expéditions entrantes, pour lesquelles il suffit de scanner les cartons avec un lecteur RFID, et de les comparer à l'avis d'expédition.

Les magasins peuvent ainsi être sûrs que les articles reçus correspondent bien à la liste fournie, à l'article prêt.


Mais que faire si votre envoi contient des articles non étiquetés RFID ?


La différence entre la réception de marchandises avec et sans RFID


Sans la RFID, vos magasins n'ont pas d'autre choix que de faire confiance à l'avis d'expédition : si celui-ci indique que le carton contient 50 t-shirts bleus, le magasin supposera que l'information est bonne, sans savoir si l'employé du centre de distribution a en fait accidentellement mis 49 t-shirts au lieu de 50. Avec la RFID, une analyse rapide de la cargaison entrante aurait permis de remarquer la différence de nombre, à moindre effort.


Dans certains cas cependant, les étiquettes RFID ne sont pas apposées sur la totalité des articles expédiés aux magasins.

Vous devez alors disposer de deux systèmes différents pour le processus de réception : un système capable de gérer la RFID (données au niveau de l'article) et un autre système pour les articles qui, pour une raison ou une autre, n'ont pas de RFID.


Alors, comment gérer ce monde hybride ?


Pour répondre à cette question, nous devons examiner de plus près les cas où les articles sont partiellement étiquetés, et passer en revue les trois principales raisons pour lesquelles les retailers reçoivent des articles sans RFID, même s'ils sont déjà bien avancés dans leur démarche RFID :


1. Déploiement de la RFID en cours


Si vous êtes en train de mettre en œuvre la RFID dans votre organisation, il est évident que l'ensemble de votre stock ne sera pas étiqueté du jour au lendemain. Cela signifie que vos magasins recevront pendant un certain temps des expéditions mixtes : certaines avec des articles étiquetés RFID, d'autres non. Dans ces cas-là, il est courant que les magasins étiquettent les articles manquants manuellement, après réception de l'entrepôt.


2. Lors de la réception de petits articles


Il est probable que vous receviez des catégories de produits qui ne seront pas du tout étiquetés par RFID : les petits articles comme les rouges à lèvres ou les porte-clés par exemple, peuvent ne pas être rentables à étiqueter avec une étiquette RFID. Néanmoins, il vous faut un moyen de vérifier que les magasins ont bien reçu ces articles.


3. Retailers avec plusieurs marques


Certains retailers, notamment les détaillants de mode sportive, proposent plusieurs marques à leurs clients. La plupart du temps, leur inventaire est un mélange de marques propres et de marques établies, qui sont entièrement ou partiellement étiquetées RFID. Des marques comme Nike et Under Armour sont ainsi entièrement étiquetées RFID, tandis que d'autres comme Adidas, Puma et New Balance sont en bonne voie. Cela signifie que certaines expéditions entrantes sont parfois entièrement étiquetées RFID et parfois partiellement.

Quelle que soit la raison, chaque détaillant doit, d'une manière ou d'une autre, faire face à ce monde "hybride" d'articles étiquetés et non étiquetés. Cela entraîne des frictions et rend parfois la réception des colis plus complexe. .

Pou y faire face, il vous faudra vous accrocher à un ancien système pour un petit pourcentage d'envois entrants sans RFID, ou mettre en place une solution de contournement.


Ces deux options sont loin d'être idéales. La gestion de plusieurs systèmes est sujette à des erreurs et prend du temps et de l'argent pour la réception d'un petit pourcentage de stocks. Une solution de contournement peut fonctionner à court terme mais n'est pas non plus une solution d'avenir.

Heureusement, il existe un moyen de naviguer dans ce monde hybride avec un seul système.


Comment les retailers peuvent recevoir et suivre l'intégralité de leurs envois avec iD Cloud


iD Cloud offre aux détaillants une grande souplesse dans la réception des colis. Les envois peuvent contenir uniquement des articles RFID, mais il est également possible de recevoir des envois contenant uniquement des articles non étiquetés ou un mélange des deux.


Comme les articles non étiquetés ne peuvent pas être comptés individuellement avec la RFID, ils seront acceptés dans la quantité indiquée sur l'avis d'expédition. En d'autres termes, si l'avis d'expédition indique que le carton contient 100 porte-clés (articles sans RFID dans ce cas), iD Cloud marquera ces 100 porte-clés comme reçus.


Pourquoi ?


En général, un détaillant qui met en œuvre la RFID dans un environnement mixte doit gérer deux systèmes pour recevoir les deux types de produits. ID Cloud lui, permet de retirer complètement le système existant et de maintenir un niveau précis de réception, tout en étant plus flexible dans l'approche de l'adoption de la RFID.

Par exemple, un marketplace peut utiliser les étiquettes existantes qu'une marque comme Nike ou Under Armour fournit déjà, mais n'est pas en mesure d'étiqueter toutes les autres marques qu'il gère. Avec iD Cloud, il peut choisir de bénéficier des avantages de la RFID immédiatement, et ajouter des marques supplémentaires ultérieurement.

La solution iD Cloud permet également aux enseignes de se déployer de manière plus progressive, en étiquetant d'abord des catégories spécifiques. Cela permet d'étaler l'investissement ou, en cas de limitations logistiques par exemple, d'étiqueter une saison à la fois.

Besoin de plus d'informations ?


Vous avez des questions sur notre solution iD Cloud, ou vous avez besoin d'aide pour démarrer votre projet ? Contactez-nous sur notre formulaire, nos équipes reviendront vers vous au plus vite !